La sous-représentation des femmes dans le numérique : Pourquoi se priver de tant de talents ?

27,4 % de femmes travaillant dans le numérique alors qu’elles sont représentées en général à hauteur de 48 % partout ailleurs, c’est notoirement insuffisant au regard du potentiel de notre secteur d’activité où les ingénieurs formés à nos métiers et justifiant d’un niveau bac+5 sont en situation de « plein emploi ».

Le numérique en général et Syntec numérique particulièrement est très préoccupé par cet état de fait. Comment  peut on se priver de 50% de nos talents  dans le contexte de pénurie de ressources que nous connaissons ?

Il n’y a en effet aucune raison qu’il n’y ait pas davantage de femmes dans notre métier alors que le numérique offre de très nombreux débouchés. Du fait d’une présence en nombre insuffisant aussi bien dans nos entreprises que chez nos clients, nous nous privons des qualités propres qui leur sont reconnues et qui représentent une véritable richesse.

C’est précisément pour remédier à cette situation, d’autant plus critique que la profession globalement manque de talents,  que notre chambre professionnelle a créé la Commission Femmes du Numérique, aujourd’hui co-présidée par Véronique di Benedetto, Directrice générale d’Econocom et Viviane Chaine-Ribeiro, présidente de Talentia Software (Dernier signal fort Viviane vient d’être élue Présidente de la fédération Syntec).

Cette commission a précisément pour objectif de rendre le secteur IT plus attractif chez les femmes et de faire connaître les métiers du numérique en particulier auprès des jeunes filles qui, de manière spontanée, ne s’orientent pas vers eux.  Alors que 46% des Bacs S sont des femmes, on constate qu’elles ne sont plus que 10 à 20% dans les écoles d’ingénieurs en France : « Au rythme actuel de fréquentation par les femmes des écoles d’ingénieurs, il faudrait attendre 170 ans pour atteindre la parité » fait justement observer Viviane Chaine- Ribeiro.

Conscients des inégalités salariales entre hommes et femmes qui nuisent également à l’attractivité de notre secteur, toujours  aiguillonnés par cette commission, nous avons mis au point un certain nombre de dispositifs pour y remédier. Grâce aux efforts de transparence salariale opérés dans les entreprises du numérique, les écarts salariaux ont fortement diminué.

Je m’honore d’être arrivé chez OPEN, à ce qu’il n’y ait plus d’écarts de salaire à niveau de travail comparable entre les hommes et les femmes.

Reste à accélérer le rythme de féminisation de notre profession et des formations qui y préparent.

C’est l’objectif de notre participation au Trophée Excellencia en partenariat avec l’EPITA, une école internationale à la pointe de l’informatique et des technologies de l’information.

http://blogs.ionis-group.com/epita/2014/07/guy-mamou-mani-president-syntec-numerique-parrain-promotion.html

« Premier trophée à récompenser les femmes High-Tech » comme se plaît à le souligner Véronique di Benedetto, ce trophée vise à récompenser trois profils de femmes: deux jeunes filles qui souhaitent faire/poursuivre des études scientifiques, une créatrice d’entreprise numérique, une femme qui travaille dans le numérique.

Le Trophée « Etudiante scientifique » distinguera deux étudiantes (une en post-bac et une autre en bac + 2) pour les inciter à s’inscrire dans une école de l’EPITA ; les deux lauréates se verront offrir la prise en charge complète de leurs études pendant 2 à 4 ans y compris l’intégralité des frais de scolarisation et du coaching pour la mise en confiance.

Le Trophée «Créatrice d’entreprise numérique» récompensera une lauréate parmi des jeunes femmes qui ont un projet d’entreprise numérique ; l’idée est de les accompagner pendant quatre mois et de leur offrir une accélération technique et marketing. Par le biais d’un incubateur : Paris Pionnière.

Le Trophée «Femme investie dans l’action sociale et humanitaire » vise à mettre en lumière une femme qui se distingue car, elle sait concilier vie privée – vie professionnelle, s’engager au profit d’une action humanitaire, caritative, de mécénat de compétence ; le trophée lui permettra de bénéficier du sponsoring d’un ou deux partenaires de l’opération pendant un an pour accompagner son action.

Rendez-vous donc le 30/09 à 18h.

http://www.excellencia.org/

On en parle sur BFM business dans mon ITW de rentrée par Frédéric Simmotel

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/syntec-numerique-quels-sont-les-enjeux-et-les-priorites-de-la-rentree-guy-mamou-mani-dans-01business-3008-14-307514.html

 

Une réflexion sur “La sous-représentation des femmes dans le numérique : Pourquoi se priver de tant de talents ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.