Le nouveau visage du Syntec numérique

Notre projet dépasse le symbole que représentait à lui seul le simple changement de nom. Il s’inscrit dans une complète transformation de la nature même de notre chambre professionnelle qui ambitionne d’accompagner, voire d’anticiper, la nouvelle révolution industrielle que nous sommes en train de vivre et qui conduit à une mutation profonde de l’activité de nos clients. Nous sommes en effet en train de vivre, du fait même du numérique, une révolution de nos Business Modèles et de nos organisations dont nous n’avons pas encore pris la pleine mesure.

Après deux ans de mûrissement et de mise en œuvre, et conformément à nos engagements, le Syntec Numérique apparaît aujourd’hui avec un nouveau visage :

  1. Nouvelle gouvernance valorisant les différents métiers.
  2. Ouverture vers de nouvelles catégories d’adhérents qui met notre chambre professionnelle plus en phase avec la réalité du paysage numérique et ses composantes.
  3. Rapprochement avec les autres acteurs représentatifs du monde numérique afin de pouvoir peser plus fortement sur les orientations économiques du pays.
  4. Positionnement de Syntec Numérique comme un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics, des cabinets ministériels et au sein du monde syndical professionnel.

Un certain nombre d’événements en sont le révélateur: l’accélération du nombre d’adhésions – avec, en particulier, celles venant du monde internet -, qui font maintenant de Syntec numérique la chambre syndicale de tout l’écosystème numérique ; la création du « Collectif du Numérique » ; la reprise par le MEDEF de notre discours sur l’innovation portée par le numérique. Tout ceci témoigne que nous avons gagné en influence.

Le temps est venu pour nous d’accompagner les évolutions technologiques et de prendre en compte les nouveaux usages qui se font jour comme le CLOUD, le web social,… qui ont des répercutions sur l’organisation et la vie dans l’entreprise, tant d’un point de vue culturel qu’en matière de gouvernance. Syntec Numérique est au coeur de ces mutations. Les travaux de ses commissions, les différents livres blancs qu’elles publient, leurs prises de position font référence pour l’ensemble de l’industrie du numérique.

C’est grâce à l’écosystème créé et animé par ses adhérents que, collectivement, Syntec numérique a pu démontrer sa capacité à anticiper cette transformation de notre économie, et à rechercher les voies et moyens d’une plus grande compétitivité, problématique commune à tous les pays occidentaux confrontés à la montée en puissance des pays émergents.

Cette évolution convergente des entreprises du numérique, de la digitalisation de l’économie et des sociétés, préfigure la néo-industrialisation. Sa compréhension par l’ensemble des décideurs, économiques et politiques comme par les leaders d’opinion au sein de la société, est fondamentale pour ne pas râter le coche d’une révolution industrielle qui porte en elle une promesse de progrès et doit permettre au numérique de retrouver sa véritable vocation qui est industrielle.

On perçoit déjà cette évolution dans la transformation des positionnements des Systèmes d’information dans les entreprises comme dans celle des offres à plus forte valeur ajoutée que les entreprises du numérique développent, qui se signalent par leur simplicité, leur capacité à intégrer l’informatique, les télécoms et le marketing tout en restant évolutives.

Ces offres, qui font droit aux usages, aux différentes formes de management coopératif et savent capter la créativité des uns et des autres, sont les leviers d’un «redressement productif» qui ne peut être envisagé avec les recettes du XXème siècle, ses modèles d’entreprise et d’usine, et ses formes managériales.

2 réflexions sur “Le nouveau visage du Syntec numérique

  1. « Positionnement de Syntec Numérique comme l’interlocuteur incontournable des pouvoirs publics, des cabinets ministériels et au sein du monde syndical professionnel. »

    On reconnait ici la modestie habituelle du Syntec numérique qui, plutôt que de se présenter comme « UN interlocuteur incontournable » du numérique, s’affiche bien sur comme « L’interlocuteur incontournable des pouvoirs publics, des cabinets ministériels et au sein du monde syndical professionnel »…

    • Cher Kristof,
      Bien que votre commentaire ait un ton agressif je dois reconnaître en effet que la phrase n’est pas le reflet de ma pensée. En effet notre appel au collectif et tout notre comportement au cours de cette campagne ont exprimé l’inverse de ce que vous dîtes. Enfin vous reconnaitrez notre « modestie habituelle » puisque je change immédiatement l’article en question.
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.