Une rentrée pleine de questions…

Après un premier semestre 2011 qui a vu une progression sensible du marché, des résultats en croissance et une visibilité accrue nous pensions pouvoir passer des vacances sereines et espérer une rentrée pleine de promesses…

Mon interview sur BFM

Hélas !!! La dégradation de la note américaine par Standard and Poor’s le 4 août dernier alors même que le Congrés venait d’entériner un accord ouvrant la voie à une nécessaire discipline budgétaire, la cacophonie européenne quant au traitement des dettes souveraines, ont engendré une crise de confiance générale qui a provoqué un effondrement historique des marchés financiers mondiaux et rendu nécessaire la mise sur pied dans l’urgence de mesures d’austérité drastiques doublées de plans « antidéficit » censés redresser les finances publiques et, spécificité française autoproclamée, « protéger la croissance et l’emploi » comme le prétend Valérie Pécresse, la ministre du Budget.

La question qui se pose maintenant, sans préjuger des résultats attendus de la gestion de la crise de l’endettement public à laquelle le président du Conseil européen Herman Van Rompuy a promis de s’atteler et de la probable introduction d’une « règle d’or » contraignant les Etats à respecter leurs engagements budgétaires à la demande du couple franco-allemand, est celle des conséquences de ces bouleversements sur l’économie réelle et sur nos propres activités. Au-delà du nième krack que nous vivons, va-t-on voir se reproduire le scénario catastrophe des années 2008-9 où la crise des subprimes avec la chute emblématique de Lehman Brothers outre atlantique a engendré un net recul des commandes sur notre marche domestique?

Depuis mon retour de vacances j’ai essayé de recueillir des informations concernant nos activités soit au détour de conversations avec nos commerciaux et dirigeants soit au travers de contacts avec des confrères.

Guy Mamou-Mani sur 01net

Interview sur 01net

Rares sont ceux qui ont vu pour l’instant des signaux négatifs, et un optimisme certain est à l’honneur à l’université d’été du Medef. De façon plus rationnelle nous attendons avec beaucoup d’impatience les résultats des enquêtes de conjoncture du Syntec Numérique.

Quoi qu’il en soit 2 paramètres peuvent nous rassurer :
Les moteurs de croissance de notre secteur sont plus puissants que jamais: transformation de l’économie, modernisation de l’Etat…

Nos entreprises ont pris une véritable maturité dans la gestion de la crise. La preuve en est les chutes de résultats, finalement modestes en 2009.

Confortés par la qualité intrinsèque de notre secteur et sa capacité collective à se réinventer, abordons cette fin d’année avec confiance, réalisme et prudence, en conservant tout notre dynamisme et notre motivation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.