Une AG pleine de promesses

Le débat de clôture de notre assemblée générale « 360° autour du numérique », animé de main de maître par Frédéric Simottel, Rédacteur en chef de 01 Informatique, restera longtemps dans les mémoires.

cliquez ici pour voir la vidéo de l’Assemblée Générale du Syntec Numérique 2011

Séverin Cabannes, Directeur Général Adjoint de la Société Générale, Jérôme Filippini, Directeur interministériel des systèmes d’information et de communication de l’Etat et Bruno Ménard, Président du CIGREF, se sont livrés pendant près d’une heure et sans langue de bois à un exercice de haute voltige répondant à un feu nourri de questions qui leur a donné l’occasion de dévoiler devant 500 figures de la profession réunies au Pavillon Cambon leur vision du numérique et leurs attentes vis-à-vis du secteur.

Je me suis essayé, dans ma propre allocution, à synthétiser leurs contributions respectives, soulignant leur très grande convergence de vues et de préoccupations : qu’ils viennent du monde des grandes entreprises ou de la sphère publique, ils partagent cette conviction que le numérique est le « nouveau paradigme » ; qu’il bouleverse les organisations, les façons de consommer, de communiquer, de s’informer, d’échanger ; que c’est désormais l’industrie numérique, tous secteurs confondus, qui va transformer les entreprises et les organisations du XXIème siècle.

Avec un chiffre d’affaires de 41,4 Mld€, l’industrie des services numériques pèse à peine moins que l’industrie pharmaceutique et regroupe, en tenant compte des emplois des secteurs connexes des télécoms et de l’e-commerce, 1 million de salariés, loin devant la restauration (316 000) ou l’industrie pharmaceutique (86 000).

Vous connaissez mon crédo : parce que l’innovation est la nouvelle frontière des entreprises, qu’elles soient publiques ou privées, elle doit être au cœur des préoccupations de leurs dirigeants car elle permet aux entreprises de se différencier. Le cabinet McKinsey a publié cette année une étude qui démontre qu’une entreprise qui a bien intégré les technologies numériques croît 2 fois plus vite, crée 2 fois plus d’emploi et exporte 2 fois plus que les autres.

C’est parce que le numérique apporte des solutions concrètes, qu’il est ce formidable outil de performance et de compétitivité des entreprises et, par extension, de transformation de l’Etat, que je m’emploie depuis 1 an maintenant que je préside aux destinées de Syntec numérique à favoriser le développement de son usage en multipliant les initiatives pour renforcer la filière numérique, notamment auprès des pouvoirs publics.

Devant la communauté du numérique réunie, j’ai pris un deuxième engagement solennel, celui d’inviter le prochain Président de la République – l’homme ou la femme que les Français éliront en mai 2012 -, à soutenir effectivement les intérêts de l’industrie numérique et à en faire le fer de lance de sa politique de relance.

Je m’autorise à adresser en votre nom, au candidat à la magistrature suprême la lettre ouverte suivante :

Madame, Monsieur le futur président de la République,

Dans moins d’un an vous allez être confronté(e) à des problèmes particulièrement difficiles, accrus par une crise mondiale de la dette qui a aggravé les choses et ne facilitera pas les arbitrages indispensables que vous devrez alors prendre avant d’arrêter les décisions courageuses qui s’imposeront.

Que ce soit en matière de santé publique avec un déficit croissant de la sécurité sociale, multiplié par 3 à 24 milliards d’euros de 2006 à 2009 ; de chômage, avec un taux d’emploi passant de 8 à 10% de la population active ; d’intégration avec des difficultés persistante d’insertion des jeunes issus de l’immigration.

Au plan économique, les divergences de compétitivité de nos entreprises comparées à celles d’autres pays comme l’Allemagne qui gagne des parts de marché à l’exportation sont criantes.

Dans le domaine éducatif, les inégalités d’accès à un environnement numérique de travail aux différents niveaux d’enseignement restent patentes même si des progrès significatifs ont pu être réalisés qui indiquent la voie à suivre. Pour ce qui est de la maîtrise de l’énergie et des questions environnementales, il y a encore beaucoup à faire pour limiter les émissions de CO2.

En ce qui concerne la réforme de l’Etat et les grands chantiers de l’Administration, il reste encore beaucoup à faire en matière de dématérialisation de données publiques et de simplification des processus administratifs au service des citoyens et des entreprises.

Sur chacun des points sur lesquels j’ai cru bon d’attirer votre attention, les solutions classiques ont été épuisées : pour ce qui est de la Sécurité sociale, hausse des taxes et déremboursement des médicaments ; pour le Chômage, loi de cohésion sociale, plan d’urgence contre le chômage des jeunes, contrat d’insertion dans la vie active ; pour l’Intégration et l’emploi, les différentes politiques mises en œuvre butent sur la réalité économique de notre pays.

S’agissant de l’économie, nos entreprises ont des difficultés sur la scène internationale et nos PME n’exportent pas assez , notre balance commerciale est toujours déficitaire et notre croissance est atone ; en matière d’Education, le non remplacement des professeurs et les fermetures de classes créent chaque fois un choc et font débat dans notre société ; en ce qui concerne l’environnement, les solutions alternatives à la gestion intelligente de l’énergie (stockage de l’électricité, smart grids) tardent à être expérimentées alors que nos voisins progressent en matière de « gestion de la demande » ; enfin, touchant l’Administration , entreprises comme citoyens critiquent la lourdeur de nos procédures administratives.

Grâce aux technologies numériques nous avons des solutions qui ont déjà fait leurs preuves dans d’autres pays. Je veux croire qu’aux lendemains de votre élection vous puissiez lancer sans délai les programmes correspondant suivant l’exemple de vos homologues canadiens, coréens ou japonais ou du nord de l’Europe pour l’e-santé.

Pour ce qui est de la Santé, la France a un savoir-faire spécifique en télémédecine. Nous venons d’en donner la preuve en publiant à l’occasion du congrés HIT Géront’Expo un livre blanc sur les conditions du développement de la télémédecine en France. En matière de chômage, notre secteur se montre exemplaire. Il crée de l’emploi et recrute en grand nombre : 40 000 recrutements sont prévus en 2011. S’agissant d’intégration, nos entreprises n’ont pas besoin de cv anonymes. La diversité fait partie de l’ADN de notre secteur.

Sur le plan économique, nous encourageons la diffusion des usages numériques dans les PME. Estimant que c’est le levier pour les aider à gagner en productivité, nous plaidons pour l’octroi d’incitations fiscales. Pour ce qui est de l’Education, nous expérimentons déjà à grande échelle l’e-learning qui est une voie d’accès à l’information de qualité pour tous, et recommandons l’adoption de nouvelles pratiques pédagogiques facilitant la mise en relation élèves / parents / professeurs grâce aux « ENT ». Sur le plan environnemental, le green IT et les différentes formes de télétravail devraient permettre de réconcilier croissance et de environnement. Enfin, en matière d’administration électronique où beaucoup de choses existent déjà, il est temps de généraliser la télé-déclaration des données, les inscriptions en ligne sur les listes électorales, de faciliter l’e-voting, le recensement des citoyens en ligne, d’ouvrir un guichet unique emploi à pôle emploi qui offrait de nouveaux services.

Vous pouvez compter sur nous, Madame, Monsieur le futur président de la République, pour vous aider à déployer lors de votre quinquennat une politique de développement des usages au bénéfice d’une industrie numérique forte pour une économie plus compétitive. Nous ne manquerons pas de vous faire des propositions concrètes qui n’auront d’autre objectif que de mettre au cœur du débat les enjeux de notre industrie.

Je vous prie d’agréer l’assurance de ma haute considération,

Guy Mamou-Mani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.