Nous en rêvions, le Premier ministre l’a nommé

Les entreprises de notre secteur travaillent déjà beaucoup et souhaiteraient travailler davantage encore avec le secteur public sur des projets d’ambition comme le sont les grands chantiers de transformation de l’administration, de pilotage de la performance, de renforcement de la productivité ou de fourniture de services intégrés.

Nous avons la conviction que dans un contexte budgétaire tendu l’innovation technologique peut réconcilier ces grands enjeux et une rigueur des dépenses.

Le changement dans le secteur public est un processus qui met en mouvement de nombreuses parties prenantes, moins facilement alignées par rapport à un plan d’action jalonné et à des objectifs chiffrés que dans une entreprise.

Pour pouvoir mener à bien ces chantiers il est nécessaire d’avoir un interlocuteur public ouvert à la concertation, ayant la volonté de partager sa vision stratégique avec les acteurs concernés, investi d’un véritable pouvoir d’arbitrage, à même de raisonner en termes de coût prévisionnel global, soucieux du bon emploi des deniers publics et d’excellence opérationnelle mais aussi de promouvoir l’innovation et la qualité de service.

A cet égard, vous avez souvent entendu mon prédécesseur Jean Mounet comme moi-même aujourd’hui, plaider auprès du Gouvernement pour que soit mise en place au niveau central une gouvernance spécifique des systèmes d’information, notamment pour ce tout ce qui a trait à la convergence des SI, aux questions de mutualisation, à la mise en place de montages financiers innovants et au déploiement de grands projets interministériels de SI.

Le décret du 22 février dernier portant création d’une direction interministérielle des systèmes d’information et de communication de l’Etat (DISIC), est une réponse apportée par le Gouvernement à notre profession dont nous ne pouvons que nous féliciter. Cette nouvelle entité, placée sous l’autorité du Premier ministre, a un patron en la personne de Jérôme Filippini qui est, de fait, ce « DSI de l’Etat » que nous réclamions de nos vœux et que j’ai eu l’occasion de rencontrer le 4 avril dernier.

Lors de cette première rencontre à laquelle participait également Henri Serres qui a travaillé en amont, dans le cadre d’une mission de préfiguration, à définir les contours de la DISIC et se voit aujourd’hui chargé de la mise en place d’un réseau télécom interministériel, nous avons pu vérifier que, sur de nombreux points, notamment de méthode, nous avions des convictions communes.

S’agissant des relations entre l’Etat et ses partenaires privés, elles gagneraient à être approfondies comme nous l’avons expérimenté avec le Ministère de la santé qui organise, au travers de l’ASIP et de la MP DSSIS des « réunions de concertation » avec les industriels du secteur. Au lendemain de notre rencontre, le patron de la DISIC m’écrivait : « Les SI de l’Etat n’ont que des avantages à un dialogue institué et fluide avec les professionnels du numérique que vous représentez ».

Je devrais être invité dans les prochaines semaines à rencontrer ces DSI de grandes administrations pour donner corps à cette autre conviction partagée.

J’ai pour ma part offert à Jérôme Filippini une tribune lors de notre prochaine Assemblée Générale du 19 mai pour que vous puissiez découvrir à votre tour l’homme que j’ai assuré de notre soutien et qui, suivant les termes de l’article 2 du décret instituant la DISIC, a en charge d’orienter, d’animer et coordonner les actions des administrations de l’Etat visant à améliorer la qualité, l’efficacité, l’efficience et la fiabilité du service rendu par les systèmes d’information et de communication.

Une réflexion sur “Nous en rêvions, le Premier ministre l’a nommé

  1. Mon cher guy, merci pour ton billet qui représente bien l’état d’esprit des entreprises du numerique concernant cette nomination ! C’est effectivement un très bonne nouvelle pour tout l’éco-système ! Il semble que le Gouvernement ait décidé d’agir avec efficacité pour aider notre secteur économique a gagner en visibilité. C’est une três bonne chose. L’initiative de la Présidence de la République d’organiser un e-G8 va aussi dans ce sens ! La période s’annonce passionnante pour nous tous… Et aussi pour notre Syntec !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.