Syntec numérique : outil de Lobbying !!

Voilà le « gros » mot lâché. Pourquoi faire du lobbying? Se posent cette question tous ceux qui n’ont jamais eu le privilège de devoir confronter leurs points de vue avec celui d’un ministre, d’un député, d’un sénateur ou d’avoir à saisir dans l’urgence la haute fonction publique française de tel ou tel dossier sensible pour l’avenir de notre profession.

Depuis des années, nous avons eu à un titre ou à un autre l’occasion d’avoir des échanges nourris avec des dizaines d’interlocuteurs politiques sans parler de certains de leurs conseillers qui ne sont d’ailleurs pas toujours les plus accessibles.

Le résultat de ces confrontations est pour le moins mitigé. Il témoigne à tout le moins d’une forme d’indifférence peu compréhensible de la part de nos interlocuteurs publics alors que notre Pays s’est engagé sous l’impulsion du Président de la République sur la voie des investissements d’avenir.

La France a d’excellentes écoles, forme des ingénieurs du meilleur niveau, dispose des infrastructures les plus complètes, et pourtant, faute de pratiquer une politique d’innovation à hauteur des enjeux:
– notre pays est à la traîne par rapport aux autres pays européens pour ce qui est de l’usage des NTIC
– et décroche dans les classements en termes de compétitivité, notamment face à l’Allemagne.

Classement après classement on voit la France rétrograder. Rares sont ceux qui font le lien entre cet état de fait et le manque de considération dont souffre notre secteur au plus haut niveau de l’Etat.

J’ai entre les mains des lettres de parlementaires trop occupés par des tâches plus urgentes les unes que les autres pour trouver le temps de nous recevoir : je serai assez magnanime pour ne pas les citer….

Heureusement, nous avons aussi parmi eux nos « champions » comme le sénateur Bruno Retailleau ou la députée Laure de la Raudière qui comprennent parfaitement les enjeux qui sont les nôtres et voient qu’il est dans l’intérêt de notre pays de donner à l’économie numérique la place qui lui revient.

De même, plusieurs ministres en exercice à commencer par Christine Lagarde, ministre des Finances, mais aussi Roselyne Bachelot-Narquin ou encore Eric Besson dans leurs fonctions respectives, ont su se montrer sensibles à nos arguments sur des thèmes aussi importants pour nous que le SBA, les Systèmes d’information de santé ou l’innovation.

Une mention particulière pour Hervé Morin (alors ministre de la défense) qui a reçu récemment les membres de notre Conseil à l’hôtel de Lassay (cf photo).

Quelle énergie dépensée! Combien de Présidents usés pour faire entendre la voix du Service et de l’immatériel.
Il était devenu urgent autant que nécessaire de changer de braquet. Aussi accueillons-nous avec satisfaction et enthousiasme l’arrivée de Damien Louvet au poste de Directeur des affaires publiques de Syntec numérique.

L’adjonction d’un spécialiste du lobbying apporte à notre Chambre l’assurance d’un grand professionnalisme, impératif en ce domaine. Gageons qu’avec lui les idées qui sont les nôtres ne resteront pas lettre morte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.