Notre représentativité

Cliquez sur Lire la suite pour connaitre ce que j’entends réaliser sur le thème Notre représentativité

Une réflexion sur “Notre représentativité

  1. Bonjour Guy,

    le Syntec Informatique affirme actuellement représenter environ 1000 entreprises.

    A côté de celà, le Conseil National du Logiciel Libre regroupe 10 associations qui rassemblent elles-même plus de 200 entreprises. Il est probable que ce chiffre sera porté, par l’adhésion de nouvelles associations régionales et la croissance de ces associations, à 250 voire 300 d’ici un an, soit environ 1/4 du nombre d’adhérents du Syntec Informatique.

    Or je me suis livré récemment à l’exercice de croiser les fichiers des adhérents du Syntec Informatique et des entreprises représentées par le CNLL, pour me rendre compte que seules moins d’une dizaine de ces dernières sont membres du Syntec Informatique.

    De plus, plusieurs d’entre elles, qui sont adhérentes via une procédure d’adhésion collective, ont été privées de droit de vote à l’Assemblée Générale; autrement dit le Syntec Informatique ne les représente pas d’un point de vue démocratique.

    Bref, tout cela pour dire que le logiciel libre, qui représente 1.4 Mrd d’euros de chiffre d’affaire annuel en 2009 selon PAC et une croissance annuelle de 30%, n’est pas représenté au sein des instances dirigeantes de Syntec Informatique, ce qui a pour conséquence que les prises de positions du Syntec Informatique sont dictées au mieux par des intégrateurs qui n’ont qu’une activité très marginale dans ce domaine, au pire, par des sociétés dont les intérêts sont directement menacés par le logiciel libre.

    Ce n’est pas une supposition, c’est une expérience personnelle vécue.

    Alors que le logiciel libre représente une formidable opportunité pour la compétitivité des entreprises françaises, qu’elles soient intégrateurs ou éditeurs, que comptez-vous faire pour à la fois encourager les nombreuses, mais encore jeunes et fragiles, entreprises du logiciel libre, pour écarter d’elles les menaces comme celles des brevets logiciels, et pour leur assurer une représentativité raisonnable au sein des instances du Syntec Informatique.

    Merci.

    Stefane Fermigier, Fondateur de Nuxeo, Pdt du GT Logiciel Libre de Systematic, membre du Conseil National du Logiciel Libre,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.